Recherche Fermer
Menu de navigation

Poissons & rivières de Corse

  • Accueil
  • Poissons & Rivières de Corse
  • Rivières de Corse

Extraits : Antoine Orsini, “Les eaux douces de Corse”, 2022, édition 8StudioScamaroni

L’eau douce est omniprésente sur cette montagne immergée. La Corse compte 3000 kilomètre linéaire de cours d’eau. Leur régime est en fonction de la pluviométrie et de la couverture neigeuse. Ils présentent une période d’étiage importante qui est caractéristique des cours d’eau méditerranéens. Les périodes de hautes eaux correspondent à la fonte des neiges au printemps et aux fortes précipitations en automne. Le débit peut varier brutalement ce qui peut entrainer d’impressionnantes crues accentuées par les pentes élevées des cours d’eau. Ils alimentent la population en eau potable et arrose les cultures en eau brute. Ils sont le joyau des amateurs de sports de pleine nature et des baigneurs tant locaux que touristes. Nombre d’entre eux sont également une source d’énergie puisque que l’hydro-électricité représente 25% de l’énergie produite en Corse. Les masses d’eau superficielles sont en bon ou très bon état écologique et chimique en Corse. La Corse compte également une quarantaine d’étendue d’eau permanente dont 15 ont une profondeur supérieure à 3m. Des retenues d’eau sont aussi formée par des barrages visant à la production d’électricité. Certaines retenues sont également des réserves artificielles alimentées par les eaux de ruissellement ou directement par un cours d’eau.

Le changement climatique

Le dérèglement climatique vient modifier le fonctionnement hydrologique et le peuplement des cours d’eau.

Le manteau neigeux que l’on retrouve à partir de 300m d’altitude forme une réserve pour les cours d’eau l’été et permet d’atténuer l'amplitude de l’étiage. Il peut atteindre 6m d’épaisseur au-dessus de 1500m. Toutefois, la couverture neigeuse tend à diminuer en surface et épaisseur ce qui allonge considérablement les périodes d’étiages des cours d’eau. Couplé à l’augmentation de la température et donc de l’évaporation, le débit moyen des cours d’eau tend à diminuer.

Les évènements extrêmes (crues et étiages) sont naturels et caractéristique du fonctionnement hydrologique méditerranéen. Ces évènements ont tendance à être plus fréquents et avec une amplitude plus importante ce qui impacte d’avantage la faune et la flore des cours d’eau.